Une finale de l?gende envoie l’Argentine et Messi au firmament du football

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Une apoth?ose de l?gende pour un joueur de l?gende: l’Argentine de Lionel Messi a remport? dimanche la Coupe du monde en battant aux tirs au but la France (3-3, 4 tab ? 2), au terme de l’un des plus grands matches de football de l’histoire.

Mais ? quoi cela tient-il ? Car Messi, l’un des meilleurs footballeurs de tous les temps, si ce n’est le meilleur, a pu croire que la mal?diction qui le poursuivait dans le Mondial allait conna?tre un nouvel ?pisode.

Alors que les Argentins menaient 2 ? 0 gr?ce ? son penalty (23e) et un but de son lieutenant pr?f?r? Angel Di Maria (36e), l’autre star de ce Mondial, Kylian Mbapp? a ramen? son ?quipe ? hauteur en quelques secondes (80e, 81e). Puis Messi a vu le Fran?ais r?ussir son deuxi?me penalty de la soir?e (118e) alors que l’Argentin venait de redonner l’avantage aux siens et haranguait son public (109e).

Mais apr?s quatre ?checs depuis 2006, cette fois, c’?tait le soir de celui qui ravit les amoureux du ballon rond depuis si longtemps. Pour un triomphe au bout du suspense, obtenu aux tirs au but face ? une ?quipe qui refusait de perdre. Mais a vu Kingsley Coman et Aur?lien Tchouam?ni ?chouer dans leurs tentatives, lors de cette terrible ?preuve dont le gardien Emiliano Martinez a ?t? le h?ros.

Cette troisi?me ?toile pour l’Albiceleste, apr?s celles des ?quipes men?es par Daniel Passarella (1978) puis Diego Maradona (1986), portera la marque de Messi, imm?diatement d?sign? meilleur joueur du tournoi, pour le plus grand bonheur de ses millions de supporteurs dans le monde entier qui ont imm?diatement commenc? ? chanter sa gloire, de Buenos Aires au souk de Doha.

Sainte Trinit?

Avant ce sacre, l’enfant de Rosario, 35 ans, avait tout gagn? en clubs, avec le FC Barcelone surtout. Mais avec sa s?lection, il se contentait d’une Copa America (2021). Ce titre mondial le fait rejoindre dans la l?gende Maradona, “el pibe de Oro”, couronn? en 1986. Il surpasse aussi Pel?, avec treize buts en cinq ?ditions de la comp?tition reine du football. Un trio qui ressemble fort ? une Sainte Trinit? pour les amoureux du ballon rond.

Messi a fait quelque chose que n’ont r?ussi aucun de ses deux a?n?s, ni personne d’autre: il a marqu? en poules puis dans chacun des quatre matches ? ?limination directe… dont deux fois en finale.

“Nous sommes champions du monde!”, a-t-il lanc? au micro, extatique, avant de rassurer ses fans: “Je veux vivre quelques matches de plus” avec la s?lection. “Qu’avoir de plus apr?s ?a ? Cela m’est offert quasiment ? la fin de ma carri?re…”

Pour la France, qui ?tait tenante du titre, cette derni?re marche ?tait donc celle de trop. Malgr? son joyau qui a grandement contribu? ? faire de ce match une oeuvre d’art.

?tincelant, brillant, immense aussi, Mbapp? en est ? douze buts en Coupe du monde, autant que Pel? ? qui il avait fallu quatre ?ditions pour atteindre ce total. Son tripl? en finale, une premi?re depuis Geoff Hurst (1966) qui s’est fendu d’un tweet de f?licitations, lui offre un lot de pi?tre consolation: le titre de meilleur buteur du tournoi (huit).

R?silients, les Bleus avaient jusqu’alors surmont? de nombreux vents contraires: des forfaits en cascades de cadres, Paul Pogba, N’Golo Kant?, Presnel Kimpembe, Karim Benzema, puis un virus qui a touch? l’effectif la semaine de la demi-finale et de la finale. Admirables combattants, ils ont encore cru tordre le bras au mauvais sort dimanche.

Mais la France ne deviendra pas la troisi?me nation ? conserver le plus grand des troph?es du football, comme l’avaient fait l’Italie (1934 et 1938) puis le Br?sil du “roi” Pel? (1958 et 1962). Celui-ci reste aussi le seul ? avoir emport? deux titres avant de f?ter ses 24 ans, ce que ne r?ussira donc pas Kylian Mbapp?.

Mais ces joueurs “ont fait r?ver” les Fran?ais, a r?agi leur pr?sident, venu ? Doha pour la finale.

Pol?miques

Conclue sous les yeux d’Elon Musk, cette Coupe du monde fut un tournoi ? nul autre pareil, un Mondial de la d?mesure, n?cessitant entre 200 et 300 milliards d’euros d’investissements selon les estimations. Sept des huit stades ont ?t? b?tis pour l’occasion, le dernier enti?rement r?nov?.

C’est aussi le premier Mondial organis? dans un endroit aussi petit, avec tous les stades dans un p?rim?tre de 70 kilom?tres.

Il est venu interrompre les saisons de football professionnel, tenu aux confins de l’automne et de l’hiver pour ?viter les temp?ratures estivales insupportables de ce petit ?mirat gazier.

Les organisateurs ont ?t? en butte ? de nombreuses pol?miques.

Il y eut d’abord les accusations de corruption pour obtenir en 2010 l’organisation de la comp?tition aux d?pens des ?tats-Unis, ? la surprise g?n?rale. Des enqu?tes judiciaires sont en cours dans plusieurs pays.

Le Qatar a ?galement ?t? critiqu? sur la question des droits humains, notamment le traitement r?serv? aux travailleurs migrants d’Asie du Sud et d’Afrique. Il d?ment que des milliers d’entre eux aient trouv? la mort sur les chantiers du Mondial.

Gigantisme

Dans un entretien ? l’AFP, le directeur g?n?ral de l’Organisation internationale du travail (OIT), Gilbert F. Houngbo, a expliqu? que le bilan exact ne serait jamais connu: “Je pense que le public a besoin de savoir la v?rit? et, parfois, cette v?rit? est de dire que, sinc?rement, il n’y a pas d’information cr?dible.”

Il a toutefois assur? que “le Qatar (avait) mieux fait dans ce domaine que d’autres pays” et lou? un “travail tr?s positif” pour am?liorer les droits sociaux ? la faveur du tournoi.

Autre sujet de pol?mique en Occident, les droits LGBT+ dans un pays tr?s conservateur o? homosexualit? et relations sexuelles hors mariage sont ill?gales.

Les atteintes ? l’environnement consubstantielles ? un tel tournoi, avec notamment l’empreinte carbone des infrastructures n?cessaires, ont ?galement ?t? point?es du doigt.

En termes de gigantisme, le prochain Mondial s’annonce encore plus d?mesur?, avec trois pays organisateurs, ?tats-Unis, Mexique et Canada, seize villes distantes de milliers de kilom?tres, quatre fuseaux horaires… Un total de 48 ?quipes y participeront, contre 32, soit potentiellement plus de cent matchs (contre 64 actuellement). Et sans doute donc encore plus de buts: il y en a eu 172 au Qatar, soit un de plus qu’en 1998 et 2014. Un autre record pour lequel Messi et Mbapp? ont jou? un r?le crucial.

Nicolas GAUDICHET/AFP

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.

NewsAmericasNow.com